Texte à méditer :   Les cons de l'an passé se sont nettement améliorés ... Si, si ... Ils ont acquis un an d'expérience supplémentaire ...eek   
 
 
► News ... ◄
► Menu ◄

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 36 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherches
Recherches
 ↑  

Simulacres de reproductions pour obtenir la protection du " dominant ".
.

Ici, en l'occurrence, un vieux mâle de treize ans avec une " gamine de deux ans et demi, celle-ci fait ses simulations régulièrement ( deux fois par mois, lors des changements d'eau ) elle simule jusqu'à faire semblant de ramasser des œufs imaginaires.
Ceci sur un temps relativement variable, selon la disposition du mâle dominant et les chasses des " petits " curieux, et peut durer plus de deux heures, même très largement au delà. 
.
.

Il semblerait que cette " jeunette " ai trouvé le moyen d'avoir protection et autorisation de voyager sur tout le territoire de ce mâle dominant, qui s'étend sur la moitié du bac, soit 100 cm. sur 50 cm. et son décor. Tous les autres se font reconduire régulièrement, à fortiori lors de ces simulacres.
 

.
En cinquante ans de pratique et observations du Genre, j'ai pu observer cela avec d'autres espèces du Genre et ou variétés géographiques différentes, mais toujours entre un " ancien " et une " jeunette ". In Situ, je n'ai jamais pu, ni eu le temps, de constater ceci, malgré mes nombreuses plongées en apnée.
Comme quoi, rien n'est jamais acquit ni certain, que ce soit en aquariums ou In Situ, ce que l'on peut constater un jour est contredit très souvent le lendemain. Ce qui me laisse à penser, que l'on est vraiment à des années lumières d'avoir les connaissances absolues sur le Genre Tropheus, depuis 2001, lors de mon premier périple au Burundi et mes nombreuses observations des comportements des Tropheus en milieux naturels, je me suis remis, à plusieurs reprises, en question. Ma première remise en question a été sur le décor à plat ( © ), après mon retour suite à ce que j'ai pu observer dans le lac sur des aires de nourrissages des trois Tropheus présents sur les +/- 170 kilomètres de côtes Est du Burundi depuis 2001.
Entendre dire ou lire, qu'il faut des contenants de plus de 600 litres est aussi une aberration. Perso, j'ai commencé avec des Tropheus duboisi Bemba en fin 72 début 73 dans des contenants de 120 x 40 x 50 = soit 240 l. avec un groupe de six individus de 5 cm sans en connaître le sex-ratio, ce dernier au final, a été de 2/4. Lors des premières tentatives de reproductions, les deux mâles avaient choisi chacun une extrémité du bac et cela se passait sans trop de heurts entre eux, ni d'écailles disparues pour les femelles. Par après ( deux ans plus tard ) j'ai eu divers aquariums de 120 l., j'ai tenté avec réussite, le maintien de cinq, voire six individus sexés dès la taille de 5 cm., dont un mâle et les autres des femelles, cela c'est toujours bien passé et ai eu des reproductions.
Encore une fois, c'est quelque chose que je ne conseille absolument pas à quiconque, car non seulement, il faut savoir interpréter les comportements typiques du " stress " des individus et y remédier rapidement et pas dire " bof, ce n'est qu'un seul sujet et il m'en reste quatre ou cinq ", car cela fini toujours immanquablement par une catastrophe pour ne pas dire une hécatombe.  
Pour une maintenance sur le très long terme, et non sur six ou sept ans, mais plus de quinze ans avec diverses générations, il faut être très attentif et la vigilance est l'un des gages de réussite sur le très long terme.
.

© xenotrophe - Tous droits réservés - Al right reserved - 2022


Catégorie : - Hiérarchisation
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !